Catégories
film-debat

Jour 2 – 14h00, « Nausicaä de la Vallée du Vent »

« Nausicaä de la Vallée du Vent » de Hayao Miyazaki. 1984, durée 116 min

Mille ans se sont écoulés depuis la chute de la civilisation industrielle lors des « sept jours de feu », guerre planétaire d’une incommensurable violence. L’humanité survit tant bien que mal au sein de quelques enclaves menacées par la fukai, gigantesque forêt qui ne cesse de gagner du terrain et dont les spores sont mortelles pour la majorité des êtres vivants. Cette jungle épaisse est protégée par des insectes géants qui se sont adaptés à cet environnement. Les « ômus » en sont les principaux représentants, par leur taille et leur sensibilité.
Nausicaä est une jeune fille de la Vallée du Vent qui tente de comprendre la forêt toxique et ses habitants. Malheureusement, un jour un immense vaisseau de l’empire Tolmèque s’écrase et remet en question tout l’équilibre de la vallée.

Comment les récits peuvent-ils éveiller notre imaginaire pour transformer le monde ?

« A force de puiser dans les ressources souterraines et de polluer l’ensemble de la biosphère, de violentes guerres ont éclaté, précipitant nos civilisations vers une issue fatale. Les humains restants survivent dans un nouveau monde où certains cherchent à retrouver leur domination perdue sur la planète alors que d’autres expérimentent une nouvelle harmonie avec elle. »
Ce n’est pas le scénario d’un blockbuster post-apocalyptique de l’année 2020 mais bien une création de 1984.
Dans ce film dérivé du manga éponyme publié 2 ans auparavant, Hayao Miyazaki nous montre qu’il est possible de se projeter dans un imaginaire enchanteur et accessible à toutes les générations.
Les récits peuvent nous aider à provoquer et accompagner la transition vers un futur souhaitable. C’est en tout cas ce que pensait Hayao Miyazaki il y a bientôt 40 ans.
Aujourd’hui, comment nourrir l’imaginaire des nouveaux adultes et de ceux à venir pour s’inventer et construire un autre futur ?